Les conférences plénières du colloque ECRiDiL Nîmes 2016

Julia BONACCORSI (@jbonaccorsi)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Professeure des Universités en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Lumière Lyon 2, directrice adjointe de l’Institut de la communication, Julia Bonaccorsi travaille sur l’analyse des figures contemporaines du texte et de la lecture, la culture d’écran et l’énonciation visuelle, selon une perspective sémiologique et ethnographique.

Sa conférence s’intitule « Quand l’édition numérique éprouve la lisibilité : formes écrites non durables et reconnaissance », en voici le résumé. Si l’édition numérique du texte conditionne une lecture liée à l’événementialité de l’affichage, elle participe à définir parallèlement une culture du texte numérique marquée par la contingence. Les temps noirs entre les pages sur une liseuse ou l’attente fragmentée dans l’affichage sont interprétés comme des franchissements, des seuils mais surtout comme des scories. Ces « invus » manifestent et révèlent la besogne technologique et la matérialité numérique : ce sont des quasi-éphémères, qui conduisent à infléchir l’interprétation du côté de la matière, de la trame. L’énonciation éditoriale et médiatique du texte numérique confronte le lecteur à autant de formes écrites non durables mais dont il identifie la valeur et l’ordre de lecture qu’elles suggèrent, réalisant une activité interprétative et de reconnaissance d’un nouveau genre. Certains éditeurs ou artistes ont particulièrement travaillé cette esthétique du glitch. Nous explorerons quelques unes de ces productions culturelles, d’une part en les situant dans une généalogie des représentations de l’informatique, d’autre part en analysant les médiations qu’elles interrogent. Ces éditions singulières et ces œuvres participent à faire mémoire des formes éphémères du texte.

Étienne CANDEL (@etienne_candel)

candelMaître de conférences HDR à l’Université Paris-Sorbonne (CELSA), membre du Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication (GRIPIC, EA 1498), Étienne Candel travaille sur les formes et écritures des médias informatisés. Il a récemment soutenu son Habilitation à diriger des Recherches sur le thème « Textualiser les interfaces ».

Sa conférence s’intitule « L’édition du texte informatisé, une pratique de lecture ». Dans cette communication, Étienne Candel proposera de penser l’usage des dispositifs informatisés de communication comme une démarche composite de mise en texte. Entre la conception industrielle et la pratique des outils, les formes symboliques mobilisées par les objets numériques impliquent des positionnements, des représentations, des stratégies d’acteurs qui lient de façon complexe des contextes, des gestes et des idéologies. Dans une telle approche, on ne peut se satisfaire de la visée instructionniste et linéaire qui préside à la plupart des discours sur la production d’interfaces ou sur la réception « socio-technique » des innovations ; et l’on ne peut penser les catégories analytiques de lecture, d’écriture et d’édition que comme le résultat d’une pratique située des objets.

 Thierry CROUZET (@crouzet)

crouzetBlogueur, essayiste et romancier, Thierry Crouzet explore la convergence entre technologie, philosophie, politique et littérature. Ancien journaliste, il est auteur chez Fayard de J’ai débranché (2012), le récit d’un burn-out numérique, et de La quatrième théorie (2013), un thriller mitraillé à coups de tweets. Explorateur des nouvelles possibilités offertes aux auteurs à l’ère numérique, il écrit chaque jour un chapitre de One Minute sur la plateforme Wattpad. Il est particulièrement attendu au colloque ECRiDiL 2016 à Nîmes pour partager les réflexions qu’il développe dans son livre La mécanique du texte, paru en 2015 chez Publie.net, dans lequel il s’intéresse aux rapports de l’auteur au numérique et défend l’idée qu’un même auteur, avec des outils différents, écrit différemment.

Sa conférence s’intitule « Le texte comme happening » et s’interrogera sur la manière dont, comme l’eau, l’information existe dans les états gazeux, solide et liquide, cette dernière forme étant nouvelle, elle entraine une nouvelle pratique littéraire, plus volatile, plus interactive.