Présentation du colloque ECRiDiL Nîmes 2016

12 et 13 avril 2016, Nîmes (France)

Colloque international #ECRiDiL
« Écrire, éditer, lire à l’ère numérique »

Design et innovation
dans la chaîne du livre

organisé par PROJEKT (Université de Nîmes) et Carré d’Art Bibliothèques (Ville de Nîmes)
en partenariat avec Actes Sud et Forum des Débats
avec le soutien de l’Agence Universitaire de la Francophonie

sous la direction de Stéphane Vial et Marie-Julie Catoir-Brisson


 

Dans l’espace francophone de recherche, les humanités numériques (Digital Humanities) sont en plein essor, comme en témoignent les efforts de structuration de la communauté (1) (2), le développement des formations francophones (3) et francophiles (4), les publications récentes (5) (6) (7) ou le débat actuel sur le libre accès aux publications scientifiques. Elles forment une communauté de pratiques et de valeurs, proche du libre accès, qu’il faut comprendre et questionner. À l’heure de la « grande conversion numérique » (Doueihi, 2008), s’il est de plus en plus admis que les humanités numériques ne sont pas une discipline (Berra, 2012), il est intéressant de les présenter comme une préoccupation qui traverse tous les champs disciplinaires. Cette préoccupation, c’est celle de « la fabrique numériquement appareillée du savoir, incluant sa production (la recherche), sa transmission (l’enseignement) et sa diffusion (la publication) » (Vial, 2015).

Ce colloque s’inscrit dans le troisième volet, celui de la diffusion et de la publication, et souhaite interroger la chaîne du livre à partir de la culture de l’innovation par le design et dans l’esprit de l’innovation sociale et numérique (digital social innovation) (8). Il s’agit d’appréhender sans les séparer les trois usages fondamentaux de la chaîne du livre (écrire, éditer, lire) dans une perspective systémique et intégrative qui s’inspire du modèle émergent des innovations globales (full stack innovation) (9).

Il est largement admis aujourd’hui que le design est une activité de conception créative orientée-usagers (Norman, 1988) et centrée­-humain (Krippendorff, 2005). Au carrefour des sciences humaines et sociales, il permet de penser et d’agir les transformations techniques mais aussi sociales, culturelles et communicationnelles induites par le numérique. Dès lors, appréhender les humanités numériques par le design, c’est les envisager sous l’angle des « usages plutôt que des outils » (Vial, 2015) en vue de s’attacher moins à la mise en données (datafication) qu’à la mise en expérience du monde, par le numérique. Comment la lecture, l’écriture, l’édition, sont-elles mises en expérience à l’ère numérique ? Comment peut-on penser et faire le design de ces expériences dans une perspective d’innovation sociale et numérique ?

Outre son ancrage en design et innovation sociale, le colloque s’inscrit également dans la continuité des travaux en sciences de l’information et de la communication sur la textualité numérique, les concepts d’écrits d’écran (Souchier, 1996) et d’énonciation éditoriale (Souchier et Jeanneret, 2005), la lecture numérique (Bonaccorci, 2012) ou encore la littératie numérique et la translittératie (Le Deuff, 2014). De même, les recherches sur les écrans multiples désormais à la disposition des usagers pourront être convoquées : les interfaces numériques modélisent la relation aux contenus médiatiques qui circulent d’un écran à l’autre, et nécessitent de prendre en compte à la fois les compétences transmédiatiques des usagers et les médiations multiples qui interviennent dans la relation aux interfaces (Catoir et Lancien, 2012).

L’objectif scientifique du colloque est donc double : d’une part, repenser les enjeux, les modèles et les usages d’écriture, d’édition et de lecture en termes d’innovation sociale et intégrative ; d’autre part, contribuer aux humanités numériques par la recherche en design et en sciences de l’information et de la communication.

Capture d’écran 2016-03-29 à 21.06.10

Notes

(1) Manifeste des Digital Humanities, 2010 : < http://tcp.hypotheses.org/318 >
(2) Naissance de l’association Humanistica, 2014 : < http://www.humanisti.ca >
(3) Projet de master interfacultaire en cultures et humanités digitales à l’Université de Lausanne :
< http://www.huma-num.fr/sites/default/files/claire-clivaz-5-12-14.pdf >
(4) Nouvelle maîtrise en humanités numériques à l’Université McGill :
< https://www.mcgill.ca/digital-humanities/teaching/ma-digital-humanities >
(5) Mounier, P. (2012) (dir.), Read/Write Book : une introduction aux humanités numériques, Marseille, OpenEdition Press : < https://books.openedition.org/oep/226 >
(6) Revue Critique, n° 819-820 « Des chiffres et des lettres : les humanités numériques », éditions de Minuit : < http://www.leseditionsdeminuit.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=3158 >
(7) « Humanités Numériques et Sciences de l’Information et de la communication », appel à contributions du n°8 de la Revue Française des Sciences de l’information et de la communication, en ligne : < https://rfsic.revues.org/1582 >
(8) Digital Social Innovation, European Commission Directorate General for Communications Networks, Content & Technology under Contract : < http://digitalsocial.eu >
(9) KPMG, « Full stack : un nouvel état d’esprit », [Décryptages – Générations] :
< http://www.kpmg.com/fr/fr/issuesandinsights/decryptages/pages/full-stack-nouvel-etat-esprit.aspx >

Références

  • Benhamou F. (2014), Le livre à l’heure du numérique : papier, écrans, vers un nouveau vagabondage, Essais, 2014.
  • Berra, A. (2012), « Faire des humanités numériques », in Read/Write Book : une introduction aux humanités numériques, Marseille, OpenEdition Press :
    < https://books.openedition.org/oep/238 >
  • Bonaccorsi, J. (2012), « Une esthétique renouvelée de la “scène de lecture” : l’iconographie publicitaire de la lecture sur les tablettes numériques », Mémoires du livre / Studies in Book Culture, « Nouvelles recherches en histoire de la lecture », Vol.3, n° 2 :    < http://www.erudit.org/revue/memoires/2012/v3/n2/1009350ar.html?vue=resume >
  • Bouchardon, S. (2014). La valeur heuristique de la littérature numérique, Paris, Hermann.
  • Catoir,  M-J., Lancien T. (2012), « Multiplication des écrans et relations aux médias : de l’écran d’ordinateur à celui du Smartphone », in MEI n°34. Paris, L’Harmattan, p.53-65.
  • Krippendorff K. (2005), The Semantic Turn: a New Foundation for Design, Boca Raton, Taylor & Francis.
  • Crouzet, T. (2015), La mécanique du texte, Publie.net
  • Douehi, M. (2008), La grande conversion numérique, Paris, Seuil.
  • Le Deuff, O. (2014), « Translittératie et transmédia : quelles compétences pour de nouvelles productions “délivrées” » ?, Les Cahiers du numérique, 2014/3, Vol. 10, p. 55-­72 :
    < https://www.cairn.info/revue­les­cahiers­du­numerique­2014­3­page­55.htm >
  • Le Marec, J. Souchier, E. Jeanneret Y. (2003) Lire, écrire, récrire: objets, signes et pratiques des médias informatisés, éditions de la BPI, Paris
    < https://books.openedition.org/bibpompidou/394 >
  • Millard, J., Carpenter, G. (2014), « Digital technology in social innovation: a synopsis », a deliverable of the project The theoretical, empirical and policy foundations for building social innovation in Europe (TEPSIE), European Commission – 7th Framework Programme, Brussels: European Commission, DG Research: http://www.tepsie.eu
  • Norman D. (1988), The Design of Everyday Things, New York, Basic Books, 2013, 3e éd. (révisée).
  • Souchier, E. (1996), « L’écrit d’écran : pratiques d’écriture et informatique », Communication & langages, n° 107,, p.105­-119.
 < http://www.persee.fr/doc/colan_0336­1500_1996_num_107_1_2662 >
  • Souchier, E. Jeanneret, Y. (2005), « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran », Communication et langages, n°1, Vol. 45, p. 3­15
    < 
http://www.persee.fr/doc/colan_0336­1500_2005_num_145_1_3351 >
  • Vial, S. (2015), « Les humanités numériques par le design : les usages plutôt que les outils », carnet de recherche Design & Digital Humanities (2DH), 17 septembre 2015 :
    < http://2dh.hypotheses.org/13 >